Affiche expo Hatza 2011

 

 

P1050874

Florence Douyrou / Sandrine Agosti-Navarri.  Exposition à la Benoîterie de Saint-Pierre-d'Irube 

 

P1050855

Alain Etchepare . Exposition à la Benoïterie de Saint-Pierre-d'Irube.

 

P1060191 copie

Michel Suhubiette. Exposition à la la Médiathèque de Saint-Palais 

 


 

 

Sandrine Agosti Navarri

Sandrine nait dans les Landes en 1971 et grandit à Paris où elle exerce  pendant quelques années le métier de tireuse filtreuse en laboratoire photos avant de travailler comme assistante pour le photographe Francis Giacobetti.

En 2004, un poste dans un laboratoire bayonnais lui est proposé et elle vient s’installer au Pays Basque

Parallèlement à  ses années de pratique en laboratoire, elle développe un travail de prise de vue dans une démarche personnelle et intime.

Depuis peu elle décide de passer le pas et de devenir photographe auteur.

 

" Blues et correspondances "

Blues est une série de regards nocturnes sur le littoral basque s’affranchissant des codes classiques de la technique photographique  pour se rapprocher d’une lecture picturale où les flous et les aplats de couleur suscitent la contemplation et ramènent le visiteur à sa propre existence et aux liens qui le relient au cosmos.

Correspondances s’inspire d’un poème de Charles Baudelaire

  

Sandrine Agosti Navarri-Photopluriel

48 avenue Louise Darracq

64100 Bayonne

06 62 49 32 04

sandagosti@yahoo.fr

www .photopluriel.com

présente dans la banque d’image readymade-images.com

 

thu-p5677102_S

thu-p5672690_S

 


FlorenceDouyrou

Diplômée de l’ETPA (école technique de photographie et de l’audio-visuel), elle passe quelques temps à Paris en tant que pigiste et assistante puis, s’installe à Biarritz où depuis elle exerce sa passion. 

 Ses premières réalisations s’expriment à travers le reportage documentaire, l’humain en est le sujet principal, elle veut le représenter dans son quotidien, en témoigner avec son propre regard. 

 Elle produit alors plusieurs séries en noir et blanc, comme le quotidien en Moldavie roumaine après la chute de Ceausescu, la Gay Pride à Paris, l’enfant gitan, l’activité sociale et paysanne au pays Basque.

Elle s’intéresse aussi, à des rassemblements païens et religieux qui donnerons lieu à deux expositions, « semena santa » à l’Utopia  à Bayonne et à la maison du pêcheur à Hondarribia (Espagne) et  « les chemins du Rocio » produite avec le concours de la scène nationale de Bayonne sud aquitain, à l’Espace Image.

 Elle suit pendant quelques années le festival de jazz de Bayonne, en ressortira une captation intuitive de portraits de pointures, comme de musiciens de rang, ce qui donnera lieu à l’édition d’un livre  « Jazz aux remparts » en duo avec Patrice Zamora.

Ces trois dernières années elle intègre le collectif ACE (art, création, enseignements) à la serre de la Milady à Biarritz, où se créent de nombreux événements, dont un qu’elle produit avec Blandine Dubos (designer), « René & Co », exposition interactive mêlant photographies et installations, le tout inspiré par l’animal taxidermisé.

  

" Les Nageuses "

Dans la série «Les Nageuses» le regard est onirique, il se laisse porter par la sensualité du sujet, montrant une certaine légèreté dans l’amusement de ces jeunes filles. Le flou volontaire de l’image apporte une atmosphère surannée et nous transporte vers des sensations un peu oubliées.

 

Florence Douyrou

contact@florencedouyrou.com

www.florencedouyrou.com

mobile> 06 14 28 99 54

588-les_nageuses_01_F

 

 

591-les_nageuses_04_F

 

 


   

Alain Etchepare

Né en 1965 à Biarritz. Je vis actuellement entre la France et la Turquie.

Mon travail est aujourd'hui essentiellement axé sur les fascinantes possibilités d'interprétations et d'évocations que nous offrent les édifices érigés par l'homme, qu'ils soient contemporains ou anciens, non pas sous forme didactique ou documentariste, mais en essayant de stimuler l'imaginaire du spectateur et de le toucher par des visions souvent oniriques ou poétiques. En appréhendant mes images comme étant acteur et non spectateur, l'homme n'y est le plus souvent présent qu'à travers mon regard, et par les traces qu'il y laisse, superbes ou hideuses, utiles ou dévastatrices.

Depuis toujours je vis intensément mon environnement, mais ma véritable rencontre avec la photographie se fit en 1984 lors d'un long séjour en Polynésie : un ami me permit de participer à une séance de tirage noir et blanc. J'en sortirais bouleverser et avec une seule idée en tête : faire de ma vie une source d'images. Un parcours d'autodidacte me conduira vers une carrière de photographe d'illustration jusqu'en 2001. Par conviction idéologique, un changement d'orientation me poussera à m'investir dans la création d'une agence de communication. Très pris par la pérennisation de cette nouvelle activité, je ne fis quasiment plus d'images jusqu'en 2006. Le besoin de création reprenant le dessus, ma pratique de la photographie s'oriente désormais aujourd'hui essentiellement vers la présentation de travaux personnels.

  Auteur photographe

SIRET : 348 336 991 00040

1 rue des juifs

47000 Agen – France

Tél,: +336 85 70 71 91

alain.etchepare@gmail.com

www.alainetchepare.com

 

08-01_A

 

11756735751_A

 


  

Michel  SUHUBIETTE

Retraité de l’enseignement, Michel Suhubiette porte depuis longtemps un grand intérêt à la photographie, aux images bien sûr, quelles qu’en soient les formes et les tendances,  mais aussi aux écrits (histoire, études, biographies…).

Co-fondateur à Orthez de l’association image/imatge, il a été pendant plusieurs années responsable de la programmation des Rencontres photographiques d’Orthez et a contribué, au sein d’une équipe de passionnés, à l’évolution de l’action d’image/imatge devenu aujourd’hui  un centre d’art de promotion et diffusion de l’image contemporaine.

Toujours très attaché à l’argentique, et particulièrement au noir et blanc, il aime pratiquer la photographie en artisan, de la prise de vue au laboratoire, jusqu’à la conception de présentation des images.

Parlant de son approche de la photographie, il dit : «  J’aime regarder les images d’autres photographes et y découvrir du sens, de l’émotion. Je conçois personnellement la photographie comme, avant tout, un moyen d’expression, semblable aux autres arts plastiques, à la littérature, au cinéma…

Raymond Depardon dit qu’une image est une pensée. C’est cette évidence qui me pousse à photographier. »

 

" Minicontes "

Récits en six images

Pour les besoins de l’exposition, afin d’en faciliter la lecture par le public, des minicontes sont présentés en images murales agrandies. Mais ce n’est pas leur fonction. Ils sont faits pour être feuilletés dans leur mini-format.

 

" Photo-Hebdo "

Une image, un commentaire : un journal intime.

Ce journal n’était aucunement destiné à être diffusé. Pourtant, si dans la présente exposition des extraits de ce journal sont exposés, tout comme d’ailleurs les Minicontes, c’est pour répondre à la demande de l’association Hatza qui a le souci de montrer que la photographie a des fonctions multiples et qu’elle peut se présenter sous des formes les plus diverses.

 miniconte n° 4 

P1050869

miniconte n° 4 : extraits

 1- titre Madame S

 page titre

 

4- Soupirail ruelle

" Un soupirail sur l'arrière boutique, une descente en rappel

et en route pour une sortie. En boîte ? Non bien sûr,

ça elles ne connaissent que trop ! "